L’ExoPC veut faire de l’ombre au iPad

L'ExoPC

En février dernier, je vous présentais les espoirs d’une entreprise de Rimouski qui s’apprêtait à faire le combat de sa vie, soit se lancer à la conquête du marché de la tablette informatique avec sa vision des choses, l’ExoPC. Les mois ont passé, la sortie de l’appareil a été remise à l’automne. Une très bonne chose pour tout le monde finalement.

Il faut dire que Jean-Baptiste Martinoli a sa vision de l’appareil depuis bien longtemps dans sa besace. Un appareil doté d’un écran tactile, assez petit pour être transporté partout, mais assez puissant pour en faire autant qu’un portable. Le problème pour l’entrepreneur, c’est que la vision était là, mais pas encore la technologie à un coût abordable.

Avec la miniaturisation des composants d’ordinateurs portables pour répondre à l’engouement pour la portabilité, la compagnie de Rimouski allait trouver ce qu’il fallait pour créer son appareil l’automne dernier. Mais entre aujourd’hui et l’automne dernier, bien des choses ont changé, y compris l’accessibilité à des composants encore plus puissants et plus abordables.

Résultat: après une association avec un fabricant d’ordinateurs de Montréal, l’entreprise de Rimouski s’est vue propulsée dans le monde des géants de l’industrie. Martinoli avait déjà ses contacts dans l’industrie, mais, aujourd’hui, ce sont des géants de l’informatique comme Intel et Microsoft qui travaillent en collaboration avec l’équipe d’ExoPC pour mettre au point les derniers détails de l’appareil qui sera lancé sur le marché canadien, américain et français le 7 septembre prochain.

La collaboration des deux géants dans ce projet signifie également l’accès à des renseignements, des composants et des technologies qui ne sont pas encore accessibles à tous sur le marché. Il est clair que, pour Intel et Microsoft, l’intérêt que suscite la tablette rimouskoise aux États-Unis signifie également un pied de nez à Apple et à son iPad.

Pour avoir tenu l’appareil en main, je comprends l’engouement des géants. L’ExoPC, c’est à la fois une tablette informatique comme celle d’Apple, mais c’est également, et pour le même prix, à la touche d’un bouton, un ordinateur portable avec clavier virtuel intégré qui carbure au Windows 7 de Microsoft.

Alors qu’Apple positionne son appareil dans le secteur du divertissement maison, l’ExoPC attire déjà l’attention des secteurs professionnels et même du monde de l’enseignement. Car en plus d’une tablette, l’appareil est un ordinateur puissant qui peut faire tout ce qu’un portable peut faire, c’est beaucoup pour une petite tablette de 288 x 190 x 14 mm.

Mais le nerf de la guerre pour cette tablette de Rimouski, ce sera les applications. L’équipe autour du produit a déjà bien compris le défi. Si la boutique d’Ap-ple offre déjà plus de 7000 applications pour sa tablette, chez ExoPC on travaille fort à tisser des liens avec les grands développeurs d’applications.

Sans le savoir, Apple a récemment donné un bon coup de main aux gens de Rimouski en adressant une rebuffade aux milliers de développeurs d’applications qui travaillent avec la technologie Flash. En leur refusant l’accès à son iPhone et à son iPad, Apple les pousse chez Google et chez ExoPC. C’est sans parler des centaines de milliers, pour ne pas dire des millions d’applications qui fonctionnent déjà dans l’univers Windows et qui sont toutes fonctionnelles avec la tablette ExoPC.

Et puis, lorsque l’on demande à Jean-Baptiste Martinoli s’il ne trouve pas dommage de lancer son produit à l’automne, plutôt que maintenant, pour profiter de la frénésie dont bénéficie le monde de la tablette, le créateur de l’ExoPC est fin stratège. Il affirme qu’aujourd’hui, Apple fait tout le travail de promotion de l’utilisation de la tablette dans notre quotidien et que lui n’aura pas à le faire en septembre. Bon point et des millions de dollars d’économie.

Advertisements

3 Commentaires

Classé dans Réflexion

3 réponses à “L’ExoPC veut faire de l’ombre au iPad

  1. C’est vraiment excitant de voir une compagnie québécoise prendre le flambeau des tablettes Windows 7, surtout encore plus depuis que l’avenir du HP Slate est plutôt nébuleux.

    J’ai tout de même une réserve à propos de l’interface. Windows 7 n’a pas été conçu pour être entièrement opéré par un paradigme d’opération « touché » et ce problème a d’ailleurs été noté dans une évaluation du HP Slate (préproduction). Est-ce que la couche interface « ExoPC UI Layer » rend Windows 7 complètement opaque? Et est-ce que cette interface maison est du même calibre que interface mobile moderne comme le iPhone OS, webOs, Android, WP7, etc. ?

    Pour ce qui est du « timing », je suis entièrement d’accord, il serait difficile de choisir un moment dans le temps ou les ordinateurs tablette ont eu autant de couvertures médiatiques.

  2. Yves Lafleur

    C est pour cette rasion que j’attend car je voulais macheter un ordinateur portatif le hic trop encombrant , les tablette comem celel de Exo minteresse pour 2 choses le fait qu elle roule sous Windows 7 et qu elle supporte le Flash, question il ya til un support duWIFI ?

  3. Yves Lafleur

    J ai deja hate au 7 septembre moi , je vai aimer ca car j attend sa je trouve sa tres pratique davoir sa je voulais achter un portatif le hic trop encombrant dans un sac a dos et trop lourd!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s