Les « Robert 2012 » arrivent chez nous

Un de mes plaisirs de la saison estivale, en plus des festivals, des vacances, de la chaleur, c’est le moment où je vois arriver en magasin la nouvelle édition des dictionnaires. Je ne sais pas pourquoi, mais chaque année, c’est la même chose. Lorsque le Robert nouveau ou le Larousse nouveau arrive en librairie, j’ai une folle envie de m’acheter la plus récente édition des deux.

Mais heureusement, la raison me rattrape assez rapidement et je m’abstiens d’acheter les deux. Je joue alors de rectitude politique et alterne d’une année à l’autre entre les ouvrages. Mais j’avoue que depuis deux ans, je suis resté bloqué chez Robert. Évidemment, le Petit Robert trouve toujours sa place chez nous, mais depuis deux ans, je suis sous l’emprise du Robert illustré. Une version encyclopédique du dictionnaire qui a dépoussiéré la façon de faire de son concurrent Larousse.
Environnement numérique oblige, comme son concurrent, la maison Robert propose également une version en ligne de ses ressources linguistiques. Un portail dictionnairique baptisé Dixel qui répond au plus difficile des internautes à la recherche d’un outil linguistique en ligne. Mais pour moi, en matière de dictionnaire numérique, en matière d’outils linguistiques, rien ne rivalise avec la trousse linguistique Antidote pour sa convivialité et son intégration dans les outils d’éditions. Mais si vous n’avez pas cette trousse québécoise, alors le Robert illustré vous offre toute une aubaine avec sa version papier qui donne aussi accès à son encyclopédique en ligne.

Dixel, le dico numérique de Robert

Une encyclopédie qui propose comme la version papier du Robert illustré 2012 plus de 58 000 mots, 28 000 noms propres, 5 000 illustrations (photos, planches, infographies…), plus de 900 développements encyclopédiques sur les grands domaines de la culture générale et sur les sujets forts du monde contemporain et des dossiers pays complets. Mais la version numérique profite également de sa présence sur internet pour bénéficier de mises à jour périodiques autant pour l’actualisation de son contenu que pour la présentation de nouveaux dossiers thématiques.

Et puis le Dixel en ligne, c’est également un outil de conjugaison intégrale pour plus des 6 400 verbes du dictionnaire, 1 500 images supplémentaires, un florilège inédit de plus de 3 500 citations de 800 grands auteurs et une sélection de plus de 800 sites Internet de référence (institutions, organismes officiels, expositions virtuelles, etc.). Bref, un outil complet pour l’internaute.

L’achat du Robert illustré vous donne un accès à Dixel pendant 4 ans. En passant, des versions spécialement conçues pour iPhone, iPod et iPad existent également au App Store d’Apple.

Le Robert illustré

Mais pour revenir au bon vieux dictionnaire papier, comme je le disais plus tôt, j’ai eu un coup de cœur pour le Robert illustré. Avec son approche moderne du contenu du Petit Robert, sa mise en page rafraîchissante et son code de couleur pour repérer rapidement les noms communs et les noms propres, tout ça rend son utilisation très agréable et optimise le temps passé à consulter l’ouvrage. Comme premier dictionnaire ou comme outil de validation, le Robert illustré reste difficile à battre avec son approche qui vient rafraîchir le paysage des dictionnaires.

Le Petit Robert

Pour ce qui est du grand frère, le Petit Robert, il demeure de loin mon choix en matière d’ouvrage de référence papier. L’édition 2012, qui souligne au passage les 60 ans de cette référence linguistique, nous arrive avec ses 60 000 mots communs, incluant toutes les évolutions récentes de la langue française. Une donnée peut-être sans importance pour certains, mais qui fait toute la différence pour moi et les gens qui doivent communiquer dans un contexte moderne et encore plus, dans un contexte technologique.

Par exemple, de voir apparaître dans cette nouvelle édition le mot « tweet », de le voir entrer dans le Petit Robert vient me simplifier la vie.  Tweet qui définit selon le dictionnaire un court message posté sur un microblog, pour partager des informations et des hyperliens. J’aime l’exemple qui suit la définition : « Poster un tweet » ;-)  Et c’est sans parler du régionalisme « cellulaire » qui fait également son entrée dans le Petit Robert pour compléter l’expression française du « téléphone portable ».

Bref, dans les deux cas, deux excellents dictionnaires qui trouveront chacun leur marché. Et dans les deux cas, l’expérience est toujours aussi agréable pour ceux qui aiment les mots et qui veulent en découvrir de nouveaux d’ici ou d’ailleurs dans la francophonie.


Advertisements

3 Commentaires

Classé dans Consommation, Livre électronique, Réflexion, Societe

3 réponses à “Les « Robert 2012 » arrivent chez nous

  1. Personellement, je ne touche plus à un dictionnaire papier depuis que j’ai installé l’appli Antidote Mobile sur mon iPod. C’est l’appli la plus chère que j’ai installé mais aussi une de mes préférées.

    Moi j’aimais bien gazouillis pour le tweet… je trouvais ça charmant.

  2. M.

    C’est le Grand Robert qui a 60 ans. Le Petit a paru pour la première fois en 1967.

  3. Diane Dubuc

    Moi j’ai une question bien pratique. Comment fonctionne cette fameuse clé d’accès? Ça ne semble pas fait pour nos prise usb. J’ai voulue entré le code manuellement, mais je n’arrive pas à le trouver?? Sur le site de Dixel ils disent que c’est à l’intérieur sur la couverture. Pouvez-vous m’aider.

    Diane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s